Ce que les gens cherchent

Il suffit d’un petit coup de pouce sur mon fil d’actualités Linkedin pour voir que tout le monde parle de big data, de digitalisation, d’open data, d’intelligence artificielle, d’Analytics ou de blockchain …

Il suffit également de faire un tour au CRI du coin pour voir des centaines de jeunes désorientés. Mettant leurs bavettes à moitié, attendant leurs rendez-vous pour créer des entreprises.

Lire la suite “Ce que les gens cherchent”

5 idées de services digitaux qui vont rendre la vie plus facile au Maroc

J’ai envie de rire et de pleurer en même temps quand je vois encore des jeunes étudiants marocains pleins d’énergie choisir des projets de fin d’étude qui emploient les meilleurs termes académiques et technologiques à la mode, mais qui n’ont rien à voir avec la réalité de la vie au Maroc.

Sujets prêts à porter

Vous savez de quoi je parle, des sujets de projets qui sonnent comme ‘Optimisation du trajet d’avion supersonique traversant l’atlantique’, ‘La stratégie de marque comme élément de consolidation de la relation client : cas « X »’, ‘Le développement durable et le business model des entreprises au Maroc’. J’ai même trouvé des sites web qui proposent des centaines de sujets insolites et inutiles.

Lire la suite “5 idées de services digitaux qui vont rendre la vie plus facile au Maroc”

Le Maroc deuxième dans le classement des nombres de certifiés ‘Project Manager’ sur LinkedIn

La nouvelle vient de tomber ce matin (elle a eu mal).

L’organisme USS (Unnecessary Skills Studies), le nombre de certifiés marocains en gestion de projet, Scrum Master notamment, a connu une hausse de 739% ce mois de juin.

« Mon équipe ne compte désormais que des chefs de projet, je n’ai plus de développeurs ou de commercial pour faire le vrai travail, je suis vraiment devant un obstacle que je n’ai jamais soupçonné » se lamente un patron d’entreprise d’édition de logiciel.

Les causes sont multiples : tout le monde veut devenir chef, le manque d’attraction vers les emplois qui nécessitent du travail sérieux, offres alléchantes de certifications en ligne (250 dh l’achat de certificat) ou encore l’ennui que connaissent les Marocains en ce moment à attendre les nouvelles du prochain déconfinement général.

Les spécialistes pensent que c’est une opportunité pour le Maroc, car notre pays peut devenir grâce à cette tendance le Hub des chefs de projet dans le monde, et pourquoi pas sous-traiter la gestion à distance de projets internationaux dans les secteurs du nucléaire et de l’aérospatiale.

Recharges 4G et productivité des jeunes

La consommation de recharges au Maroc a explosé depuis le confinement des citoyens et jeunes Marocains en mars.

Ce qui a fait exploser malheureusement les frais des séances à distance d’ACT School et de la plupart des programmes d’éducation.

Pendant une discussion avec mon frère, il m’a posé la question intéressante : “Est-ce qu’on peut savoir si les jeunes sont devenus plus productifs grâce à ces recharges, ou moins ?”

Je pense que c’est un bon index à calculer : Sur une même somme de recharge consommée par un jeune, combien il a appris de choses, a compris plus le monde, a communiqué avec les autres ?

Avec tous les contenus pauvres et références appauvrissantes auxquels ont accès les jeunes Marocains sur internet, et avec le niveau en langues étrangères qui ne cesse de dégringoler, je suis malheureux de constater que les chances de se développer et de découvrir de nouveaux horizons de compétences sont en chute libre au Maroc.