SII Services Maroc et son armée de développeurs

Les idées c’est comme du vin, plus elles mûrissent dans la cave de notre réflexion, plus elles résultent d’expressions sublimes et visions plus claires du monde.

Le commercial qui vend à tout prix

En 2017 j’avais collaboré avec la société SII Services Maroc dans le cadre de plusieurs projets de transformation digitale pour des grandes banques et institutions Marocaines.

Le commercial de cette société me sollicitait souvent pour des présentations et proposition d’affaire chez ces clients. Mais à chaque fois qu’il recevait la question du « Quels sont les types de profils techniques dont vous disposez ? Et quelle est la taille de votre équipe ? », le commercial répondait « on a une armée de développeurs qui attendent l’arrivée des projet.

Cette réponse me donnait le tournis à chaque fois que je l’entendait. A tel point de ne plus faire attention à la réunion et de nager dans mes pensée essayant de trouver une issue.

Les stagiaires en salle d’attente

La première raison était que je sais que ce n’était pas vrai. On n’avait deux ou trois stagiaires au siège de SII Services Maroc qui se battaient avec des petits projets d’échauffement. Ce n’était clairement pas une armée. Les autres ressources étaient tous staffés dans des projets offshore ou chez des clients en régie (loin du siège).

Le client dans les nuages

La deuxième raison, qui est pour moi la plus importante, est que les clients paraissaient ne pas comprendre le fonctionnement de ce domaine du service IT.

Pour rappeler ce qu’est une société de service IT (ESN, SSII, vendeur de viande … les appellations sont diverses, mais le fonctionnement est le même), c’est une société qui affectent, à chaque besoin de développement ou n’importe quelle tâche dans l’IT d’un client, un ou plusieurs ressources humaines pour REMPLIR ce besoin. Ceci dit, une société de service IT ne recrutent jamais (depuis plusieurs année maintenant) avant de vendre des projets. Ce serait trop risqué vue la diversité de spécialités technologiques et de besoins des clients.

Si les clients comprendraient cela, la question de combien de profils techniques disposez vous serait plutôt transformée en ‘Démontrez nous votre expertise dans le pilotage et la réussite dans ce genre de projets digitaux’, ou bien ‘Comment allez vous assurer l’adoption de la solution digitale que vous proposez, et éviter la résistance au changement et du coup de la jeter à la poubelle’.

Le mythe de la société multinationale

Il y a une troisième raison pourquoi cette situation me donnait le tournis, c’est que le commercial trouvait une facilité sans égale à convaincre les clients, ou du moins à paraître crédible.

L’argument principal pour faire passer la pilule de confiance aux clients est le premier slide avec lequel il commence à chaque fois sa présentation : SII Services Maroc, antenne de l’entreprise multinationale SII qui a un réseau de plus de 500 000 ingénieurs dans le monde. Avec plus d’une trentaine de clients grands comptes en France et des géants de l’industrie et des marques très connus dans le monde.

Après ce slide, les clients sont mis en confiance, sont rassurés, rêvent déjà de pouvoir collaborer enfin avec des gens professionnels qui travaillent partout dans le monde et ont des clients qui parlent toutes les langues. Le chiffre d’affaire et le staffing abondant ça va donc de soit. On en parle même pas, ces gens savent ce qu’ils font.

En plus ils ont des locaux sublimes à la Marina de Casablanca, on va en faire un tour pour voir combien cette boite est compétente.

S’ils savaient que cette société de service en digital a sous-traité la création de son site web à un freelance (comme le développement de plusieurs projets d’ailleurs), continue à utiliser des CRA en papier (comptes rendus journaliers des consultants) et n’a même pas de plateforme digitale pour garder le contact avec des ressources placées chez des clients, ces clients auraient tout de suite compris que c’est une antenne franchisée (et qui n’a d’une société structurée et multinationale que le logo) qui dirige ses affaires comme n’importe quelle société familiale ou celle de ‘Moul chakara’ ferait pour diriger ses camions : je te rémunère au nombre de jours travaillés. D’ailleurs les développeurs et consultants qui n’ont plus de missions sont aussitôt mis dans des projets de dépannage ou poussés à démissionner moyennant des techniques très connus chez les ‘Moul chakara’.

Conclusion

Pour résumer, SII Services Maroc n’a rien avoir d’une société structurée, elle a le label d’une grande enseigne qui risque son image en la confiant à des personnes qui la ternissent jours après jour. Ces personnes font de cette image de marque un argument de vente auprès des clients et pas une motivation pour livrer du travail de qualité, améliorer les process de travail, explorer de nouveaux types de produits et services, capitaliser sur des profils techniques uniques, se connecter avec les autres filiales de la maison mère pour rester à jour des bonnes pratiques de l’IT dans le monde et de constituer une famille solidaire face aux bouleversements que connaît le monde.