Les entreprises doivent être des écoles, et pas des sites miniers

C’est une conversation avec mon frère à propos de plusieurs exemples de personnes qui ont découvert (et se sont découvertes) qu’elles étaient larguées par rapport à la vitesse du monde et surtout par rapport à n’importe quelle transformation digitale possible, brusque ou progressive.

Cette découverte a été enclenchée par la crise sanitaire actuelle qui a ôté tout confort financier aux entreprises dont les produits ne sont plus de grande nécessité actuellement (restauration, voyage, hôtellerie, traiteurs, heures de soutiens … ). Ce qui a poussé la plupart des employés de ces entreprises à perdre leurs emplois et à se poser plusieurs questions sur la viabilité du système dans lequel ils ont évolué depuis des années.

La première question que ces personnes devraient se poser en premier est celle du POURQUOI.

Pourquoi ces personnes en sont arrivées là ?

Je ne suis pas un chercheur en sociologie ou un connaisseur de l’histoire et habitudes des travailleurs, mais d’après mon expérience et des différentes équipes et projets auxquels j’ai participé, je peux proposer la réponse/hypothèse suivante.

On ne savais pas qu’il fallait continuer à apprendre

La plupart des entreprises sont des lieux de production. Des usines si vous voulez. Elles ont des ouvriers embauchés en fonction des fonctions voulues, et qui assurent la production journalière d’une quantité et une qualité données de produits. Si vous y réfléchissez bien, la plupart des entreprises qu’on connaît est organisé sous cette configuration.

Les employés de la plupart des entreprises sont donc des personnes à qui on demande de bien faire leur travail et dans les temps. On leur demande rarement d’améliorer la façon de faire ou d’apprendre des choses nouvelles qui n’ont rien à voir avec la tâche pour laquelle on a fait appel à eux.

On ne leur demande donc pas d’apprendre des nouvelles choses, de se cultiver et des fois on ignore même ce besoin essentiel du développement de l’humain. Il ne m’est jamais arrivé de croiser une vraie bibliothèque dans une entreprise (une fausse est bourrée de livres techniques et magazines, aussi très rare).

J’ai passé plusieurs année comme ça

Un salarié mal informé (la plupart) se retrouve à passer plusieurs années de sa vie dans une même entreprise, parfois dans le même poste, a répéter ce qu’il fait tous les jours, à imiter les techniques des autres sans comprendre, à essayer par moment de réaliser des prouesses mais sans préparation ni résultats.

Plusieurs années passent sans qu’on lui demande ou informé qu’apprendre tous les jours est essentiel pour sa survie. Et surtout pour sa capacité de s’adapter aux prochains changements et devis que connaîtra un jour son entreprise, son industrie et son type de poste …

Les petites formations ne me servent à rien

Pourquoi tu lis des articles sur l’inbound marketing, alors que tu es informaticien ? Pourquoi tu as acheté des MOOC pour apprendre à écrire ou à faire du trading de crypto-monnaies ? Et d’autres questions que plusieurs collègues me posent à chaque fois qu’ils me retrouvent en train de découvrir et d’apprendre des choses nouvelles.

Les choses qu’on apprend chaque jour ne sont pas perdu. Elle sont gravées dans notre esprit et sont même connecté à d’autres choses apprises au paravant. Après plusieurs mois d’apprentissage d’une nouvelle technique ou s’disciplines, nos expériences et nouveaux apprentissages de chaque jour alimentent notre cerveau et se connectent entre elle pour constituer nos compétences et notre vision unique du monde.

Concrètement parlant, les choses sur lesquelles je me suis formé aujourd’hui par curiosité vont devenir les compétences qui vont sauver mon entreprise ou m’aider à améliorer ma situation et trouver de meilleures opportunités professionnelles, même en temps de crise, dans quelques mois.

C’est un peu l’idée derrière la formation continue que quasiment personne ne prend au sérieux.

Au pire il y a des formations pour se réorienter

Plusieurs personnes ne se soucient pas des icebergs qui peuvent faire couler leurs entreprises et leur travail en un moins de temps. Peut être parce qu’ils croient que la réorientation existe pour changer e direction et de métier quand ils le voudront.

Je crois que c’est comme si quelqu’un ne compterait pas les sucreries et aliments gras qu’il ingurgiterait, en ayant comme excuse qu’il prendrait des médicaments une fois qu’il tombera malade a cause de son obésité.

Se former, apprendre de nouvelles choses chaque jour et en faire un mode de vie, un rituel, une routine, est une manière de se préparer au pire et d’être capable de s’adapter à n’importe quel changement.

Le rôle des entreprises est de répandre cette parole et les moyens d’apprendre et de se forcer à le faire chaque jour. Mais en attendant que ça arrive, ayez une discipline personnel et faites le vous même, vous avez à tout gagner.