La différence entre un bon site web et un mauvais site web

Ce n’est pas la beauté ou la perfection de ses boutons et couleurs.

Ce n’est pas s’il a coûté 1 000 ou 100 000 balles.

Ce n’est pas parce qu’il est codé avec la technologie web la plus sophistiquée possible.

Construire un site web est comme construire une maison, brique par brique

Construction solide et structurée

Un bon site web est mesuré par la qualité de la construction de chacune de ses briques.

Je ne parle pas de briques techniques ou logiciels, ceci est devenu, depuis longtemps et sans faire de bruit, une commodité comme commander une pizza ou regarder un match à la télé ( 15 Tools That Will Help You Build Your Website (No Coding Required) )

Je parle des briques des contenus qui remplissent un site web, du maillage d’informations et de mots clés qui tissent votre coin de la toile, des noms et ordres que vous choisissez pour monter (uploader) vos textes, images, sons, vidéos, liens, catégories, étiquettes et autres petites créatures du net.

Ce travail n’est malheureusement pas quelque chose de comode ni d’automatisable.

Il relève de votre connaissance du sujet de votre site web et des liens entre les différents concepts qui le conpose.

Il relève également de votre capacité à investir du temps pour produire du contenu, l’agencer, le classer, en faire des liens le plus souvent, avoir une cohérence dans la construction de ces liens, grignoter des bouts de terrain pour approcher encore plus à ce que les gens que vous ciblez cherchent (cela s’appelle le SEO, ou l’optimisation pour les moteurs de recherche).

L’optimisation n’est plus technique, elle est éditoriale

L’optimisation pour les moteurs de recherche n’est plus technique. C’est-à-dire qu’elle ne dépend plus beaucoup du nombre de fois vous utilisez le mot clé dans l’article, du nombre de ‘tags’ que vous cachez bêtement dans votre page, ou du nombre de liens externes sur des annuaires à deux balles qui pointent sur votre site.

Vous codez en quelque sorte en langage humain, à travers le contenu texte que vous créez par exemple, pour faire comprendre à Google qu’il faudrait cibler des personnes en particulier, et pas d’autres.

Tout cela devrait se faire à chaque jour, à chaque ajout d’une nouvelle brique à votre site web.

Toutes les actions comptent, même les plus insignifiantes : nommer une image avec du texte qui a un sens (et pas AWT289N3.png), nommer les liens internes à votre site avec les mots qui exprime le mieux le sujet de cet article cible, mettre en ‘nofollow’ les liens externes que vous ne voulez pas recommander ou y être assimilé …

Je ne connais pas par coeur ces techniques d’optimisation, personne ne les connait par coeur d’ailleurs, parce que tout simplement ils changent chaque semaine.

Personnellement j’utilise le plugin Yoast qui rend cette optimisation comme un jeu de découvert. Et qui me sert à comprendre l’utilité et l’évolution de l’algorithme de Google.

Le plugin Yoast qui vous accompagne dans l’optimisation grâce à un jeu de couleur

J’ai fréquenté plusieurs marques et clients qui s’acharnaient à payer des mille et des cents pour développer un bon site web robuste qui brille de tous ses boutons.

Mais au moment de l’utiliser, ils ne prennent même pas une semaine ou un millième du budget pour former leurs équipes aux bases de l’optimisation pour le web et les bonnes pratique qu’il faudrait respecter tirer profit du bijou technologique.

C’est le travail minutieux et sans relâche, chaque jour, qui l’emporte, même dans le domaine du web.

Synthèse de la qualité de lisibilité web et qualité pour le référencement adéquat, avec un jeu de moods