Pourquoi je ne connaissais pas Jorge Zaydan

C’est Jorge Zaydan, célèbre homme de lettre libanais, arabe et orthodoxe qui a vécu entre 1861 et 1914. Il s’est intéressé à plusieurs métiers de la culture : enseignement, imprimerie, édition, journalisme et littérature.

L’un des piliers du mouvement culturel de la Nahda en Égypte, il a fondé au Caire en 1891 une imprimerie qui lui a permis de vivre de sa plume et de lancer la revue de culturelle Al-Hilâl dès septembre 1892 et toujours publiée de nos jours. 

Il était connu pour son amour de la langue arabe, et a pu créer une œuvre rédigée dans cette langue en 20 volumes de 550 à 800 pages chacun (plus de 14 000 pages au total).

L’un de ses objectifs était de transmettre à ses lecteurs l’histoire des Arabes à travers son œuvre, et d’en rapprocher la compréhension à toutes les classes sociales. En effet, ses écrits se caractérisaient par une langue simple, des phrases faciles à assimiler et même des illustrations dans quelques ouvrages.

Ses écrits, toujours d’après les recherches que j’ai faites, instruisent en amusant. Ce qui me fait penser à Molière et me rend curieux de lire l’un de ses ouvrages prochainement.

Son parcours encore plus riche que ce que j’ai décrit plus haut, démontre que le même combat continu depuis la Nahda et que le besoin est encore plus pressant aujourd’hui : vulgariser la connaissance, faire aimer la culture, instruire en divertissant et mieux se connaitre.